Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 07:39

Musique

Une journée "Festival Chorus 2014" @ Paris

BABYSHAMBLES + The JIM JONES REVUE

MADEMOISELLE K + KID WISE + TOYBLOÏD

P1010534.JPG

 

Chorus c'est 125 artistes programmés à La Défense et dans tout le département :

-M-, Babyshambles, Klaxons, IAM, Dope D.O.D. Skip the Use, Yodelice, The Bellrays, Julien Doré, Jacques Higelin, Mademoiselle K, The Shoes, The Jim Jones Revue, Ibrahim Maalouf, FFF, Salif Keita, Disiz, Nasser, BRNS, Hollysiz, Thomas Azier, Jabberwocky, ALB, Sarah W_Papsun, Sergent Garcia, The Tiger Lillies, Tété, Puggy, Winston McAnuff & Fixi, Mayra Andrade, Robin McKelle

Et pour les plus jeunes, le Chorus des enfants propose 20 spectacles à partager en famille : Aldebert, Le Sacre du Tympan, The Wackids, Sati et La Cie Nid de Coucou, Merlot, Barbara Carlotti, David Sire, Oldelaf, Pascal Parisot, Tartine Reverdy, Béatrice Maillet, Catherine Vaniscotte

 

P1010551.JPG

P1010562.JPG

P1010554.JPG

P1010560.JPG

P1010564-copie-1.JPG

 

Pour sa 26ème édition, le Festival a implanté deux scènes sur l'Esplanade de la Défense entre le RER A et la ligne 1: la grande "le Dôme" sous une tente rectangulaire et la petite c'est le joli Magic Mirror.

Je teste le premier week-end temps fort du Festival: Accueil Billeterie agréable et souriant, équipe de vigiles un peu trop rigide, jolie programmation de Radio Chorus entre les Concerts, les bières et les pizzas se promènent,il fait beau et il y a du monde. Comme tous, je picore jusqu'aux moments où je m'accroche et je reste... Mademoiselle K n'a plus de maison de disque et ça ne l'empêche pas de cartonner, le chanteur de Kid Wise fête ses 19 ans, Jim Jones Revue fait le Show et Pete Doherty, la Promo de la bière...

Le Festival c'est du 28 Mars au 6 Avril 2014 


Extraits BABYSHAMBLES+JIM JONES REVUE+MADEMOISELLE K+KID WISE+TOYBLOÏD

Le site 26ème Festival Choruslink
P1010581-copie-1.JPG

P1010579.JPG
Copyright© Danishout Mars 2014
Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 08:14

Cinéma

 

36ème FESTIVAL INTERNATIONAL FILMS DE FEMME

 LE PALMARES COMPLET @ Créteil (France) 

 

Un travail titanesque produit par une équipe soudée comme des abeilles qui voyagent dans le Monde entier pour nous rapporter des films incroyables: 150 films en 10 jours.

Cette année le miel est savoureux et la récolte exceptionnelle.

P1010523

Le Festival a aussi fait honneur a des “héroïnes inattendues” : Kate Millett (célèbre féministe américaine), Maria de Medeiros, actrice-réalisatrice; Karine Saporta, talentueuse chorégraphe-photographe, Marceline Loridan infatigable globetrotter des luttes d’indépendance, Hiam Abbass actrice, réalisatrice, productrice et présidente du grand Jury cette année ainsi que Thérèse Clerc (La Thérèse des “Invisibles” de Sebastien Lifschitz).


Les "Avant-Première" du Festival:

"L'été des poissons volants" en présence de la réalisatrice Marcela Said,

"Dancing in Jaffa" de Hilla Medalia en présence de Pierre Dulaine,

"Sarah préfère la course" de Chloé Robichaud,

"Swim little fish swim" en présence des réalisateurs Ruben Amar et Lola Bessis,

"Que d'amour!" de Valérie Donzelli en présence de l'équipe,

"Elle est pas belle ma ville" de Claude Decouard et Martine Dautreppe en présence de l'équipe

 

ZAPPING PALMARÈS 36ème AFIFF 2014 @ Maison des Arts de Créteil, France

 

Grand prix du Jury - Meilleur long métrage fiction
Ayer no termina nunca de Isabel Coixet le Jury Fiction: link

"Barcelone, avril 2017. Un couple séparé depuis des années se retrouve dans un entrepôt à l'ambiance futuriste. À l'image inachevé de ce dernier, leur relation a, elle aussi, tourné court après qu'un événement tragique les a séparés. Elle est restée en Espagne alors que lui a déménagé en Allemagne. Une fois le couple de nouveau réuni, chagrin, colère, haine et amertume refont surface. Les plaies non cicatrisées sont toujours ouvertes. Un huit-clos poignant dans une Espagne ravagée par la récession".

Prix du Jury Anna Politkovskaïa - Meilleur long métrage documentaire
Lame de Fond de Perrine Michel le Jury Documentaire:link

Une petite chanson, la vente d’une maison familiale, une mère, un frère et sa sœur, réflexions, anecdotes, évocation nostalgique, émotion qui affleure et pourtant on reste bien élevé, pas d’effusion, la grande branche du vieux frêne tombe, « Papa s’est rasé la moustache », la voix de la sœur prend doucement sa place de narratrice ; imperceptiblement une mécanique inexorable se met en place, une mécanique du doute, d’une innocence impossible, du trouble de la mémoire - ou plutôt de la mémoire du trouble, le passé recouvre le présent pour envahir la maison. À partir de là, c’est le spectateur qui est emporté par une lame de fond. Denis Gheerbrant 

Prix du Public - Meilleur long métrage fiction
Corps et biens de Taïsia Igumentseva

"Un petit village où tout le monde se connaît. Le berger Vasilich consacre tout son temps à sa vache Candy. Zina, une dame âgée, maudit le gouvernement. Les femmes mariées observent, envieuses, les époux de leurs amies. Vanya, l’inventeur local, divertit les enfants avec ses machines. Un jour, les villageois apprennent à la télé que les effets de la plus grosse éruption solaire de l’histoire vont éradiquer l’humanité dans les 24 heures. Chacun va alors trouver un moyen bien à lui de dire adieu à la vie mais tous vont participer à une énorme fête de fin du monde. Les tables sont mises, des tartes sont préparées et certains font preuve de courage pour prendre des décisions de vie cruciales. Mais la fin du monde ne semble pas vouloir venir"

Prix du Public - Meilleur long métrage documentaire
No Burqas Behind Bars de Maryam Ebrahimi et Nima Sarvestani

Ce film a été tourné dans son intégralité au sein d’une prison pour femmes en Afghanistan. Cet accès exceptionnel et sans précédent permet d’explorer la façon dont les « crimes moraux » sont utilisés pour contrôler les femmes. À travers le portrait de femmes dont l’unique tort fut d’avoir emprunté leur propre chemin et parfois préféré leur cœur à la raison, le film se fait l‘écho de leurs voix, leur détresse et leurs espoirs. Leurs témoignages permettent de dessiner les contours de ce monde fermé et des destinées qui s’y croisent. « J'ai été surprise de la facilité avec laquelle nous avons filmé leurs propos. Conscientes de ne pas être des criminelles, elles venaient à moi naturellement. J'étais comme un moyen de faire résonner leur voix dans un monde où elles ne peuvent être entendues ». Nima Sarvestani

Prix du Public - Meilleur court métrage français
Kijima Stories de Laetitia Mikles

M. Kijima n’est plus un yakuza. Il se serait choisi un tout autre destin » clame un article d’un journal de Sapporo. Mais est-ce bien vrai ? Un mystérieux dessinateur mène son enquête sur l’ex-mafieux japonais.

Prix du Jury Graine de Cinéphage - Meilleur long métrage fiction
Innocents de Chen-Hsi Wong

Singapour, années 1980. Après la séparation de ses parents, Syafiqah est confiée à sa grandmère et entre dans une institution particulièrement stricte où elle se lit d'amitié avec Al Huat, un garçon rejeté par ses camarades comme par ses professeurs. Incompris, ils passent leurs aprèsmidi près d’un immense canal situé derrière leur école qui sert à évacuer les eaux pendant les tempêtes. Les deux amis vont ainsi se fabriquer à partir de ce lieu singulier, un monde fantastique et fragile. Innocents est une ode à la nature vue à travers le regard neuf de deux amis, unis dans leur résistance à la violence du monde adulte.

Prix du Public - Prix du Jury Université Paris Est Créteil (UPEC) - Meilleur court métrage

 Joanna de Aneta Kopacz  En Avril 2010, Joanna apprend qu’elle va mourir d’un cancer dans les trois prochains mois. Elle promet alors à son jeune fils Jas de survivre aussi longtemps que possible. Pour lui, elle tient un blog qui connaît très vite une grande popularité.

Allez faire un tour sur le Blog de Claude Duty "Petit journal vidéo de ma visite de 7 jours à Créteil dans le jury longs métrages de fiction du 36ème festival international de films de femmes":link

Les Photos de Livia Saavedra : link

Le site AFIFF: link

Copyright© Danishout Mars 2014

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Cinéma
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 12:43

Musique

 

Savages, fin de Tournée @ Gaité Lyrique Mars 2014

 

 

J'ai attendu quelques mois, après les "émois de Promos" sur France Inter et Arte, avant d'aller les voir en Concert. J'aimais bien ce côté bilingue et leur envie de conquérir le monde mais je craignais de tomber dans le énième lancement de "groupe de filles".

Bon Concert même si j'ai eu l'impression qu'elles s'économisaient pour leur After après une grosse tournée.

Côté musique, rien de bien nouveau, on retourne au XXème siècle avec des airs de Marquis de Sade et des Banshees... Et pour continuer, la chanteuse a les grands yeux de biche de Jeanne Mas. C'est tout pour le retour dans le passé.

C'est assez uni même si elles sont chacunes dans leur coin comme si elles étaient occupées à bien prendre toute la scène: 1/4 chacune.

Quand Jehn demande au premier rang d'arrêter d'envoyer des SMS pour mieux échanger (regardez la vidéo ci-dessus à partir de 1'20"), j'ai envie d'ajouter "et d'arrêter de parler et de circuler avec des bières aussi SVP Merci".

Comme d'habitude, ça ne danse pas beaucoup alors qu'il y a des danseurs dans la salle... On est à Paris, pas à Madrid!

Savages n'a pas changé ma vie mais la musique est sensuelle et Rock! Elles disent post-punk sur leur site.

Allez-y!... surtout si vous aimez les batteuses, Fay Milton est ... Allez-y!

 

Les Membres:
Jehnny Beth, Chant
Gemma Thompson, Guitare
Ayse Hassan, Basse
Fay Milton, Batterie


Le site Savages: link

Copyright© Danishout Mars 2014

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 06:19

Musique

 

Il Maestro Ennio Morricone @ Paris, 4/2/2014

P1010431.JPG

C'est un petit homme autoritaire qui traverse la scène, ses partitions sous le bras, qui ne sourit jamais et qui décroche les larmes de 17 000 personnes avec sa musique. Voilà le Miracle!

C'était ce soir au Palais Omnisport de Bercy.

Sur les billets, il était écrit 20 heures mais le temps de blinder la salle, nous avons pris du retard. Les lumières s'éteignent et on nous montre un film sur deux écrans situés de chaque côté de la scène. C'est en italien sous-titré, ça parle de Ennio Morricone, de sa vie, de son oeuvre et ... de son fils. Le Public siffle, il est venu pour entendre sa musique. Le film continue sous les sifflets. C'est un peu gênant jusqu'à son arrivée où tout change, les applaudissements se superposent et ne s'arrêtent plus. C'est assez beau!

Il Maestro s'installe face au Budapest Modern Art Orchestra, une sorte de Rolls souvent "drivée" par des Maîtres. C'est parti.

Chaque note réveille notre mémoire. C'est émouvant, cette manière de toucher le public. Je passe la première partie du Concert à retenir mes larmes, j'ai des images plein la tête (des panoramiques, des plans serrés, des tronches d'acteurs américains surtout, ..., une tonne d'histoires).

20 minutes d'entracte.

On reprend sur d'autres films, d'autres sujets... Ennio Morricone a réalisé plus de 500 musiques pour le cinéma, le théâtre et la télévision dont il a sélectionné les plus connues pour sa tournée.

Il n'avait pas donné de Concert à Paris depuis 11 ans. J'espère qu'il reviendra bientôt pour ceux qui n'ont pas pu être là ce soir...

 

P1010419.JPG

 

Saurez-vous reconnaître tous les morceaux qui sont dans cette vidéo?

Ennio Morricone le Quiz!

SETLIST:
-The Untouchables 
-Deborah's Theme 
-Poverty
-Once upon a time in America
-The legend of'900 
-H2S 
-The sicilian clan
-Love Circle
-Croce d'Amore
-Come Maddalena
-The good, the bad and the ugly (title)
-Once upon a time in the west
-A fistful of dynamite
-The Ecstasy of the gold
-Chi Mai
-Cinema Paradisio
-The battle of Algiers
-Investigation on a citizen above suspicion
-Sostiene Pereira
-La classe operai va in paradiso
-Casualities of War 
-Abolisson
-Il deserto dei tartari
-Riccardo III
-Gabriel's Oboe
-Falls
-On earth as it is on heaven
---Encores (rappel) ----
Here's to you (Sacco e Vanzetti) / Leone - Final part / 
Mission - Final Part 

Le Budapest Modern Art Orchestra: link      

Copyright© Danishout Février 2014

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 22:27

Musique

Les écumeurs

"Ce blog est un cheval de Troie qui me sert à aborder les gens"

SS854986.jpg

Philippe Dumez, autoportrait

Si Philippe Dumez veut faire votre portrait, acceptez  C'est pour les écumeurs! link En prime, vous serez photographié par l'excellent Benoît Grimalt.

 

Philippe, qui es-tu?

Danishout: Peux-tu te présenter ?

Philippe Dumez: Je m'appelle Philippe Dumez et je ne me sens pas souvent légitime dans ce que je fais - à commencer par répondre à une demande d'interview - , alors on va dire que c'est ça, mon métier : être imposteur. Mais j'aurais bien aimé être passe-muraille, j'adore ça, voir comment c'est chez les gens.

!cid 7AB9BE40-4A92-4B63-8D12-BB95C9CDA6C1@lan

Tu écris très bien, n’es-tu pas plus intéressé par faire le portrait des écumeurs que par les concerts qu’ils vont voir ?

Je ne suis pas sûr que j'écrive très bien, mais j'écris toujours avec passion. J'ai beaucoup écrit sur la musique, même si c'est à un niveau microscopique. Aujourd'hui, j'ai envie d'écrire sur autre chose : sur la passion, par exemple. C'est de là que vient l'idée des Ecumeurs. Ce blog est un cheval de Troie qui me sert à aborder les gens que je croise souvent le soir venu et que j'ai pas la chance de connaître. Les découvrir m'intéresse, et faire partager cette découverte me tient à cœur. J'ai parfois des retours de lecteurs qui me disent que, eux aussi, ils se sont aussi demandés pendant des années qui étaient untel et untel. J'ai aussi la chance de travailler avec un photographe dont j'apprécie beaucoup le travail : Benoit Grimalt.

Combien de temps mets-tu pour écrire un article ? Comment procèdes-tu ?

J'écris de manière très spontanée, mais c'est aussi ma limite : je suis incapable d'écrire sur commande. Je ne travaille jamais plus d'une heure sur un texte, sinon ça veut dire que je ne suis pas prêt à l'écrire. J'attends parfois que certains textes viennent. Il y en a que j'attends depuis de nombreuses années et qui ne sont jamais sortis !

Pourquoi les écumeurs ?

Quand j'ai eu l'idée de ce blog, je m'étais crée un top 10 des gens que j'aimerais faire figurer dedans. Pour le moment, j'en ai rencontré la moitié. J'en ai aussi qui m'ont dit non. La difficulté était de gagner la confiance de la première personne que j'ai interrogé, sachant que je n'avais rien à lui montrer vu que j'allais créer le blog spécialement pour publier son interview. J'ai eu la chance qu'il me dise oui tout de suite. Ensuite, je fais toujours relire aux personnes que j'interroge leurs propos avant de les publier. Pour moi, l'interview est réussie à partir du moment où les deux personnes qui y ont participé sont satisfaites. J'aborde régulièrement des gens que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam pour leur demander s'ils accepteraient que je fasse leur portrait, comme si j'étais photographe. Et je commence à recevoir des candidatures spontanées.

-cid_84C17F0A-8B3B-4461-A9CF-30BB116A45A9.jpg

Faut-il forcément boire et/ou fumer pour être un bon écumeur ?

Je crois qu'il faut surtout être capable de rester debout pendant des heures sans avoir mal au dos. Et avoir une bonne capacité de récupération pour pouvoir remettre le couvert dès le lendemain.

Tu te retrouves forcément dans ceux que tu choisis ?

Je serais hypocrite d'affirmer le contraire étant donné que je suis moi-même écumeur. D'un point de vue personnel, j'ai toujours cherché à savoir comment j'allais vieillir avec une relation aussi obsessionnelle que la mienne à la musique. Je suis toujours à la recherche de passionnés qui ont réussi à gérer cette lubie de manière à ce que ce soit plus une source d'épanouissement que de frustration, ou le signe d'un repli sur soi. J'ai besoin d'être rassuré à ce sujet, car il y a aussi beaucoup de contre-exemples qui font peur. Devenir radoteur ou passéiste, c'est ma hantise. 

Où sont les écumeuses ?

J'en aborde souvent, mais elles sont plus timides que les garçons. Le premier "oui" a été long à venir. J'ai rencontré ma première écumeuse fin novembre, et je fais le portait d'un couple d'écumeurs début janvier. Ensuite, pour être honnête avec toi, quand je suis dans une salle de concert, je regarde en priorité les groupes.

N’as-tu pas envie de sympathiser avec les membres des groupes que tu vas voir plusieurs fois ?

La dernière fois, j'ai failli aller voir Scott Matthew pour qu'il me prenne dans ses bras mais je n'ai même pas osé le faire. Pourtant, j'aurai adoré, sa musique m'émeut tellement.

Comment se passe une bonne soirée ?

Une bonne soirée, c'est quand j'ai des frissons dans le dos ou la larme à l’œil. Dernièrement j'ai vu Dean Wareham à Point FMR. Il a joué plein de morceaux de Galaxie 500, j'avais l'impression de me retrouver 20 ans plus tôt devant "120 Minutes" sur MTV. Et il a terminé le concert par deux reprises : "Ride Into The Sun" du Velvet Underground et "Ceremony" de Joy Division. J'étais sur un petit nuage. Je peux aussi passer une bonne soirée parce que je suis avec un ami : comme quand je suis allé voir The Chameleons avec le garçon qui me les a fait connaître 25 ans plus tôt. Mais ça peut être aussi en face d'un groupe inconnu, dans une maison lointaine, au milieu de gens que je ne connais pas mais qui ont eu la gentillesse de m'accueillir. 

Un Concert c’est forcément la nuit ?

J'ai eu l'occasion de voir des concerts en plein air pendant la journée mais je ne garde pas de souvenir marquant. Les siestes acoustiques de Bastien Lallemand, en début d'après-midi le dimanche, sont une expérience auquel je vous souhaite d'assister. J'ai aussi vu des concerts en soirée, au salon de musique derrière l’Église St Eustache : début du concert 19h30 pétantes, fin 21h00. C'est un très bon horaire car il te permet de faire autre chose ensuite.

Son triangle d'or 

Les Festivals ? un piège à écumeurs ?

J'ai la chance de vivre au milieu d'un triangle des Bermudes dont les extrémités seraient La Maroquinerie, Point FMR et la Flèche d'Or. Autant dire que je vois rarement un concert auquel assistent plus de 400 personnes. La proximité est un élément auquel j'ai toujours accordé beaucoup d'importance. J'ai vu beaucoup de concerts au Pop'In, comme j'ai la chance d'en voir aujourd'hui à La Loge, l'Espace B ou les soirées à domicile proposées par Oliver Peel. En festival, évidemment, je me sens un peu perdu. Sauf à l'ATP.

Tu étais à l’ATP, c’était comment ?

C'est plus qu'un festival : c'est une vie en communauté pendant 3 jours, dans un village de vacances sur la côte anglaise, au milieu d'excités qui, comme toi, pensent que Guided By Voices est le meilleur groupe du monde. Je n'ai eu la chance d'assister qu'aux toutes dernières éditions, mais je n'avais jamais connu ça. Et je ne le revivrais probablement jamais.

Qu’est ce qui te fait pleurer ?

La liste serait longue. Mais entendre une chanson que je ne pensais jamais avoir la chance d'entendre en concert, comme voir un artiste que je pensais n'avoir jamais la possibilité de voir, me remuent. Récemment, j'étais au premier rang au concert de Linda Perhacs à Rouen. Elle a joué devant moi "Hey, Who Really Cares" et "If you Were My Man", c'était un moment très intense. Comme quand The Chameleons ont fait leur entrée sur la scène du Nouveau Casino sur "Swamp Thing". J'étais ému aux larmes.

Quel groupe te touche en live et pas sur ses albums ?

J'écoute rarement les disques de Vincent Delerm, mais je ne rate pas une occasion de le voir sur scène.

Un bon Concert, c'est quoi ?

Grâce aux écumeurs, je sais qu'il y a assez peu de chances que je ne connaisse vraiment personne quand je vais assister à un concert. Ça m'est arrivé une fois cette année, en allant applaudir Mulatu Astatke. J'aurai tendance à dire qu'un bon concert, c'est rentrer chez soi avec des étoiles dans les yeux et s'endormir avant qu'elles ne s'éteignent.

Tu fais de la musique ? Quel est l’instrument que tu préfères voir jouer sur scène ?

Je peux jouer "I Wanna Be Your Boyfriend" des Ramones sur un ukulélé, à condition d'avoir la partition devant moi, donc autant dire que je ne fais pas concurrence à mes idoles. Je ne sais pas si j'ai vraiment un instrument préféré sur scène, par contre je suis à peu près sûr de m'ennuyer quand je vois un musicien derrière un laptop.

Tu comptes aller à des concerts jusqu’à quel âge ?

Je ne pense pas que ce soit une question d'âge, c'est plutôt une question d'envie. Pour le moment, je n'ai jamais perdu l'envie d'aller me faire renverser une bière dessus dans des salles mal climatisées où le son n'est pas terrible. Mais peut-être que je m'en lasserai un jour.

-cid_A9D12F0D73124A55995BD000791A7E5D-plane7e7fda417.jpg

Les soirées éléctro ? DJ ? c’est aussi ton truc ? c’est aussi pour tes écumeurs ?

Comme je te disais tout à l'heure, les artistes qui sa cachent derrière un laptop, ça m'ennuie. J'ai besoin d'une énergie, que j'ai pu sentir quand je suis allé voir Hot Chip, Glass Candy ou LCD Soundsystem. Les artistes qui se cachent derrière des platines, c'est encore autre chose. J'adore danser, mais je crois que je préfère danser sur des guitares. Je trouve ça plus excitant. La première fois que je suis allé à l'ATP, j'ai entendu le DJ enchainer The Fall, Dead Kennedys et Pavement. Ça faisait des années que je n'avais pas entendu trois bons disques à la suite dans une soirée. Je suis resté une heure à écouter le DJ, juste pour la curiosité de savoir par quel disque il allait enchaîner ensuite. Et puis des confrères sont arrivés et ont commencé à se désaper, et on a fait les andouilles. 

Tu fais quoi quand des gens parlent à côté de toi en plein concert ?

Je ne cherche pas le conflit alors je me déplace jusqu'à ce que je me retrouve au milieu d'un entourage plus respectueux. Ça peut durer longtemps parfois. J'étais allé voir Beirut à We Love Green et j'ai eu l'impression de passer la moitié du concert à chercher "le bon spot".

Et quand tu ne peux pas voir à cause des photographes qui mitraillent ? Tu fais des photos ? des films ?

Je n'éprouve plus le besoin de rapporter un souvenir du concert. J'ai du respect pour les passionnés qui font de la photo - et qui ont également le respect des spectateurs. L'abruti qui filme avec son iPhone au lieu de regarder le concert de ses propres yeux, par contre, je ne comprends pas. 

Qu’est ce qui te nourrit dans la musique ?

C'est un formidable réseau social. Un camarade me disait l'autre jour : "Grâce à la musique, tu gagnes 10 ans en amitié". Je suis assez d'accord avec lui.

Comment choisis-tu tes concerts : prix des places, groupe, la salle, les copains ?

La curiosité, d'abord. La fidélité, ensuite. Le soutien aux grandes causes, parfois. 

Peux-tu me donner les noms de salles vraiment bien (son, scène, lumière, programmation …) et de salles où il ne faut surtout pas aller ?

La première fois que je suis allé à l'Espace B, je me suis promis de ne jamais y remettre les pieds tellement les conditions étaient inconfortables. Mais depuis, je me suis laissé gagner par le dynamisme de la programmation, le sampler à télécharger, les prix toujours abordables...  Alors je me garde bien de rester sur des idées préconçues. 

Est-ce que le look c’est important ?

Tu parles à quelqu'un qui a dispersé récemment sa collection de t-shirts de rock, donc je pense que tu te doutes de ma réponse. Les uniformes ne me gênent pas, je préfère toujours l'originalité au conformisme. Et j'ai une immense tendresse pour les gothiques. 

Est-ce que tu danses ? 

Oui, et j'attends désespérémment le retour du slow.

 pascal5.jpg

Merci à Pascal qui m'a fait découvrir "les écumeurs" (en photo çi-dessus) Merci à Benoît Grimalt pour ses photos (©2,3,4,5) et à Philippe Dumez pour ses réponses.

Copyright© Danishout Janvier 2014

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 15:26

Musique

 

Charles BRADLEY & his extraordinaries

"Victim of Love"

 P1010267

 

Ce samedi soir à Paul B. Massy, ils sont nombreux à venir d'un peu partout pour passer la soirée avec "Charles Bradleyyyyy!" parce qu'ils n'ont pas eu de places, la veille, au Trianon.

 

L'histoire raconte qu'en 1962, sa sœur l'emmena voir James Brown à l'Apollo et qu'il lui laissa une forte impression puisqu'aussitôt rentré chez lui, il commença à copier les gestes du parrain de la Soul.

Allez faire un tour à l'Apollo Theatrer à Harlem, vous comprendrez comment la scène peut vous mordre et vous sauver quand votre vie est difficile et compliquée.

Charles Bradley a beaucoup bougé avant de revenir à la case départ: Brooklyn. Avec sa voix unique, il chante sa vie, partage ses convictions: Dieu et l'Amour. Aujourd'hui, à 65 ans, il continue de transpirer, de danser et de balancer ses tripes sur scène.

 

"Love Bug Blues", "You Put The Flame on It", "Hurricane", "Lovin' You Baby", "Confusion"

Très bien accompagné, il peut se lâcher sans craintes quand il descend dans la fosse pour embrasser ses fans... Quand un petit groupe, en bas à droite, commence à chanter "Happy Birthday to you Charles"; il lance un "Oh, Thank youuuu!" et demande si l'on sait quel âge il vient d'avoir car c'était son Anniversaire le 5 Novembre... Quand il nous envoie son coeur pour nous dire "au revoir"... Charles BRADLEY c'est tout ça et c'est surtout a "Victim of Love".

L'Album est différent du Live mais tout aussi bien et d'ailleurs, il n'a reçu que des bonnes critiques... Un vrai come back to the Soul music !!!

 

Charles Bradley Tour: link

P1010258.JPG

Copyright© Danishout Novembre 2013

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 09:55

Musique

 

Il était une fois... The EXCITEMENTS, Koko-Jean DAVIS

P1010243.JPG

Je suis trop tentée de commencer l'histoire comme un conte de fée.

Il était une fois une petite fille, Koko-Jean Davis, née au Mozambique qui eut la chance de voir se pencher sur son berceau la même marraine que Tina Turner. Elle vivra aux Etats-Unis, un passage au Brésil pour se retrouver en Espagne... à Barcelone. Et là, Naissance de The Excitements en 2010, un groupe Soul R'n'B, enchaînement de nombreuses tournées en Europe, un tour au Japon dernièrement,..., plus de 300 Concerts et deux albums à ce jour. 

 

Le Concert @ Le Café de la Danse


Après un petit set tenu par six hommes élégants: guitares, basse, batterie, alto et bariton sax - une jeune femme, toute fine, déboule sur scène. Elle s'agite, sautille avec grâce. Koko-Jean Davis nous hâpe. Entre deux pas de danse, il faut s'attarder sur les musiciens qui valent aussi le détour. Sa voix est belle, elle sourit et crie souvent "Merciiii!". Quand elle chante "I've be bet and I've lost again", elle me donne la chair de poule. C'est à ce moment que j'ai pensé que cette fille était la Princesse d'un joli conte de fée qui forcément finira bien. Du rythm'n'blues qui vient de Barcelone, c'est le genre d'histoire qui réconcilie avec la vie.

  

Les Membres du groupe:

Koko-Jean Davis - Chant
Lalo Lopez - Guitare
Adrià Gual - Guitare rythmique
Daniel Segura - Guitare basse
Marc Lloret - Saxe Alto
Nicolás Rodriguez-Jauregui - Saxe Bariton
Marc Benaiges - Batterie

The Excitements Tour: link

Copyright© Danishout Nov 2013

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 21:02

Musique

 

Osaka Monaurail @ La Cartonnerie, Reims (France)

le 18 Octobre 2013

 

Comme son nom l'indique, ce groupe est 100% japonais. Ils viennent de plus en plus souvent en Europe invités dans des Festivals renommés ou dans des Clubs.

Ce soir-là, j'ai croisé certains membres du groupe dans le public pour écouter et applaudir la première partie "The Moodhunters"  curieux et heureux d'être en tournée en Europe comme à chaque fois (France, Espagne, Italie, Hollande, Autriche, Suisse...).

Quand Marva Whitney s'est éteinte à l'âge de 68 ans, je me suis demandé si Osaka Monaurail saurait continuer à nous entraîner dans le monde des "Sixties". Il faut dire que cette ex de James Brown savait tenir la scène, accompagnée de Ryo et de son Band "Osaka Monaurail". Hier soir, à La Cartonnerie, le Show était à son comble: début sans Ryo, ensuite avec Ryo, des nouveaux morceaux, des solos, de la danse... pour le rappel "Theme from Shaft" de Isaac Hayes. Comme à chaque fois, on a dansé sur du Soul, du Funk, du Jazz avec Ryo Nakata continuant de faire revivre Ray Charles et James Brown

P1010147.JPG

P1010157.JPG

P1010172.JPG

 P1010166.JPG

Et La Cartonnerie? accueil très agréable, jolie déco, salle bien foutue sans poteau pour cacher la scène, lumière et son soignés par des Hommes qui aiment leur travail.

 

  • Ryo Nakata, chant & clavier
  • Kentaro Yamagata, trompette
  • Yohchi Masago, trompette
  • Katsutoshi Hiraishi, trombone (absent)
  • Shimon Mukai, tenor saxophone
  • Dan Hayami, guitare
  • Yuichi Ikeda, guitare
  • Dai Nakamura, basse
  • Soki Kimura, batterie

P1010180

OSAKA MONAURAIL - Back to the Sixties !

OSAKA MONAURAIL @ le Jam Montpellier: les Vidéos du Concert

OSAKA MONAURAIL & MARVA WHITNEY c'est James Brown qui ressuscite!

Copyright© Danishout Octobre 2013

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 20:57

Musique

 

Trombone Shorty & Orleans Avenue @ Olympia,

Paris 2013

 

Je ne vais pas vous le cacher: Troy est beau, jeune, souriant... quand il fait ses petits pas, les coudes levés à l'horizontal, les doigts qui snapent doucement avec la tête légèrement tournée sur la droite, son joli sourire... quand il se retourne vers son batteur qu'il ouvre grand ses bras musclés et qu'il bouge son p'tit cul... quand il entre sur scène en levant ses deux instruments au ciel : trombone et trompette ... Whouaaa !!!!

P1000947

MAIS PAS QUE: il chante très bien ET joue du trombone et de la trompette; dans ses albums, le traitement de la voix ressemble beaucoup à celle de Lenny Kravitz. Lenny qu'il connaît bien pour avoir joué avec lui en 2005 et 2010. Pour les chanceux, ils avaient fait le boeuf en 2010 au New Morning (Paris).

Troy est entouré de musiciens tout aussi jeunes et qui valent la peine d'être écoutés quand ils font leurs solos notamment Pete Murano à la guitare (un son à la Jimi Hendricks), Dan Oestreicher au Sax Bariton et Joey Peebles à la batterie.

ET EN PLUS: ils sont de la Nouvelle Orléans!

P1000015.JPG

P1000009.JPG

L'Histoire: petit frère du trompettiste James Andrews et petit-fils du chanteur-compositeur Jessie Hill, Troy Andrews joue du trombone dans les fanfares depuis l'âge de six ans, d'où son surnom « Trombone Shorty » Il sait ce qu'il fait, mêle habilement la jeunesse à la maturité, ce qui donne un Public très varié et de tous les âges qui danse, chante, crie et applaudit... Les rappels sont l'occasion pour les musiciens d'échanger leurs instruments et d'improviser. Il adore faire venir du monde comme ce soir-là avec Isabelle Pares qui était venue l'interviewer et qui s'est retrouvée sur scène avec sa flûte traversière link.

Avec sa Fondation, "Trombone Shorty Foundation" link, il relie le passé au présent grâce à la musique. Il s'engage dans les projets éducatifs parrainées par Michelle Obama.

"Troy, veux tu être mon ami?".

P1000025.JPG

 P1000945.JPG

TROY "TROMBONE SHORTY" ANDREWS :Trombonne, Trompette, Chant

MICHAEL "BASS" BALLARD: Guitare basse

PETE MURANO: Guitare

DAN OESTREICHER: Sax bariton

JOEY PEEBLES: Batterie

TIM MCFATTER: Sax tenor

Site officiel: link

Copyright© Danishout Octobre 2013

Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:09

Musique

 

"HOODOO"?

Le nouvel album de Tony Joe White, le Swamp Fox!


Fin de la première partie « Marc LOY lance un MERCI et annonce qu’il est très fier d’avoir fait la première partie de Tony Joe WHITE ». Applaudissements d’un public majoritairement masculin, la cinquantaine passée, ils sont tous là pour le Swamp Fox.

P1000927

Les techniciens installent le matériel. La configuration est modeste: en arrière-plan, la batterie et au premier plan? chaise en bois, micro ajusté au centimètre près, étui à harminicas posé sur le mytique ampli placé à droite du micro, trois pédales très usagées posées sur le sol et de l’autre côté, les petites bouteilles d’eau.

La lumière se calme.

Il arrive sur scène. Applaudissements et flashs. Ça mitraille.

P1000933.JPG

Chapeau feutre, sweet shirt, pantalon et santiagues : une tenue de scène noire, efficace et pratique. Il avance avec sa guitare attachée à sa bandoulière à la tête de serpent.

Son batteur, derrière lui, file s’installer. TJ s’assied calmement. Top départ ! Les deux fonctionnent comme un vieux couple, inutile de se parler. Ça joue, ça s’ajuste… Bryan Owings, le batteur, fait quelques signes au technicien situé sur le côté gauche de la scène qui relaye à l’ingénieur du son. On monte, on descend, on remonte… Le Public applaudit. Bryan sourit. TJ derrière ses lunettes noires s’accroche aux sourires. Une crème et un sacré bon musicien, je fonds… Il parle peu entre les morceaux.

Voici quelques morceaux :

Copyright© Danishout Septembre 2013
Repost 0
Published by DANISHOUT - dans Musique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de danishout.over-blog.com
  • Le blog de danishout.over-blog.com
  • : FILMER AU BON MOMENT AU BON ENDROIT
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens